Conte de Noël pour les grands enfants

J’ai décidé de vous dévoiler une petite histoire de Noël réservée aux grands enfants et qui pourrait vous donner des idées…. Bonne lecture.

C’est Noël mais mon travail m’avait occupé toute la journée. Moralité, je n’arrivai à rentrer que très tardivement chez moi et j’espérais que mon homme n’allait pas râler, même si je l’avais prévenu dans l’après-midi.

Dès le seuil franchi, la maison me sembla vide. Pas un bruit, pas une lumière… Craignant qu’il ait abandonné notre home sweet home durant mon absence, je l’appelai à la cantonade. Je fus soulagée, lorsque j’entendis le son de sa belle voix grave me répondre depuis la salle de bain.

Lorsque je passais une tête par la salle de bain, je le trouvais en train de se raser. Dans son peignoir, je le trouvais merveilleux et lui sautais au cou pour me faire pardonner de mon arrivée tardive. Il me susurra quelques mots doux à l’oreille pour me faire fondre définitivement. L’envie et l’érotisme emplissaient sa voix, ce qui me fit me soumettre à son bon vouloir implicitement.

Il savait si bien comment me rendre dingue de lui.  Ses lèvres se décolèrent de mon oreille, son visage bougea pour venir passer devant le mien, son nez suivit ma peau, ses lèvres effleurèrent les miennes. Il continua sur ma joue de l’autre côté pour arriver enfin à mon autre oreille où il reprit dans une sensualité insoutenable.

— Tu me sembles bien tendue par ta journée de travail. Je vais t’aider à te détendre un peu.

Et sans me laisser le temps de répondre, toujours scotché l’un à l’autre et incapable de réagir, ses lèvres douces et chaudes vinrent se plaquer contre les miennes. Sa langue s’immisça entre mes lèvres pour venir à la rencontre de la mienne. Nos langues partirent dans un joli ballet frénétique.

En un instant, nous sommes tous les deux partis dans un voyage magnifique. Il n’y a plus aucune notion de temps ou d’espace, notre étreinte se transforma en une danse folle au milieu de l’univers dans lequel nous flottions sans la moindre contrainte et dans une chaleur intense.

Ses mains passèrent sur ma nuque et me caressèrent doucement sans que nos lèvres ne se lâchèrent une seule seconde. Pour répondre à cette douceur, mes mains glissèrent sur ses formes pour arriver sur ses hanches afin de maintenir son bassin près du mien. J’ondulais légèrement pour attiser le feu entre nos deux corps. L’intensité de notre désir mutuel se devinait parfaitement, nos corps se répondaient à la moindre caresse. Il n’en fallait pas plus pour que les choses aillent très vite.

Il dégrafa un à un rapidement les boutons de mon chemisier. Je défie rapidement le cordon de son peignoir pour plaquer mon torse contre le sien. Mes mains glissèrent sur sa peau, dont j’aimais tant le contact. Ses doigts ne restèrent pas inactifs, ils longèrent le long de ma peau gainée de mes cuisses. Je ne peux camoufler mon désir pour ton corps, mes seins sont fièrement dressés me trahissent. Cela décuple son désir pour moi. Je sens son sexe se gonfler davantage contre ma cuisse.   

Le dernier bout de tissu ôté, nous pouvions laisser libre cours à nos envies, à nos caresses, à nos désirs. Avec ardeur, ses mains caressèrent mes fesses qu’il trouvait si belles, si douces, et si chaudes.

Sans prévenir et alors que nous étions encore en train de nous embrasser fougueusement, je m’accroupis pour me mettre devant l’objet de toutes mes convoitises, mes mains viennent se plaquer contre ses fesses. Mon visage glissa le long de tes jambes avec ma langue qui suit la courbes de ses formes avant de se plaquer contre son pubis.

Il ne fallut pas longtemps pour que je recueille dans ma bouche quelques gouttes de son nectar. Cette humidité si délicieuse qui me faisait fondre. J’ouvres tout doucement les lèvres tout en le fixant avec ton air mutin qui le faisait fondre dans n’importe quelle circonstance. J’enserre son sexe fièrement dressé pour lui prodiguer quelques douces caresses…. Puis, je le laisse glisser entre mes lèvres avec une vraie expression de délectation. Ses gémissements bien virils m’indiquèrent qu’il appréciait cette petite sucette improvisée.

Ne souhaitant pas continuer ainsi, il attrapa mes cheveux sans douceur et me releva le visage pour le monter au niveau du sien. Il m’embrassa fougueusement en mélangeant abondamment sa salive avec la mienne imprégnée de son désir délicieux.

A suivre

xoxo

La Puce

One Reply to “Conte de Noël pour les grands enfants”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *