« The Elf on the Shelf », une jolie tradition de Noël

A l’approche de Noël, voilà une révélation sur l’un des secrets les mieux gardés de la saison : la façon dont le Père Noël sait qui sont les enfants sages, et les enfants terribles. Petite enquête sur les agents spéciaux du Père Noël : les elfes.

A l’approche des fêtes, chaque parent dispose d’un allié de taille pour assagir leur progéniture : le Père Noël. Telle une épée de Damoclès, chaque bambin sait pertinemment que la bêtise sera rapportée au géant à barbe blanche.

Cette tradition provient du conte écrit par Carol Aebersold et sa fille Chanda Bell: « Elf on the Shelf : A Christmas Tradition ». Les deux correspondantes directes du Santa Claus entretiennent également une relation particulière avec les elfes. Les petits espions nordiques du Père Noël débarquent dans les foyers dès le lendemain de Thanksgiving, et y établissent leurs quartiers jusqu’à Noël. Gare alors aux enfants terribles !

Les elfes sont donc les yeux et les oreilles du Père Noël. Ils attendent sagement dans le froid polaire qu’une famille les accueille : Le foyer doit pour cela lire « The Elf on the Shelf », ou écrire au Père Noël. Il faudra donner un nom à ce nouveau membre de la famille et déclarer son adoption sur le site Internet dédié.

Une fois adopté, l’Elfe recevra ses pouvoirs magiques et pourra faire partie de la tradition familiale chaque année. Lorsque tout le monde est couché, l’Elfe retournera au Pôle Nord pour jouer avec ses amis, mais surtout pour effectuer un rapport détaillé au grand patron.

Plusieurs règles sont à respecter avec son elf. Il ne faut jamais toucher un Elfe,  sinon il perdrait toute sa magie et il serait incapable de traverser la nuit noire pour aller papoter avec le grand Barbu. « Il penserait alors que tu l’as oublié… » Si votre enfant n’a pas pu s’empêcher de lui faire un gros câlin matinal, pas de panique, voici une astuce pour l’aider à recouvrer ses pouvoirs : saupoudrer quelques grains de cannelle à ses côtés.

L’agent spécial du Papa Noël se hâte de retourner dans sa famille d’adoption avant le lever du soleil, et atterrit tous les jours dans un endroit différent de la maison. Il surveillera un jour que les enfants débarrassent bien la table ou mangent leurs légumes, il relira par dessus leur épaule les devoirs, et vérifiera le bon brossage des dents le lendemain, le week-end il s’assure qu’ils ne se couchent pas trop tard, etc… 

Parmi les autres règles, l’elfe a l’interdiction de parler. Mais par contre, il écoute tout ce que l’enfant lui raconte. Dans le livre, il l’encourage à lui confier ses rêves et ses espoirs. L’elfe disparaît à la veille de Noël pour laisser place au Père Noël et à sa distribution de cadeaux. Il promet de revenir l’année prochaine.

Ce nouvel ami vous permet de dire à vos enfants qu’il est inutile donc de chercher à feinter le Père Noël, même avec de délicieux cookies et des lettres soigneusement calligraphiées, car le Père Noël sait tout…

Pourquoi j’adore cette tradition?

Parce que l’elfe est trop mignon, déjà, avec son petit sourire en coin, et que chaque matin, je le recherche, car je n’ai pas d’enfant mais je retrouve mon âme d’enfant durant cette période. C’est désormais la première question qu’on se pose: « Mais où est-il installé aujourd’hui? » Le petit jeu de cache-cache est sympa. 

Une petite pensée aux parents, qui tous les soirs quand les enfants sont couchés ou très tôt le matin pendant que leur progéniture est encore au pays des Songes, doivent trouver des cachettes pour cet agent spécial. Ils sont évidemment priés de faire preuve d’inventivité. Des comptes Instagram sont dédiés aux péripéties de tous les elfes des Etats-Unis. C’est assez marrant.

xoxo

La Puce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *