La Plume de la Puce

post-header

La Saint Valentin approche et une vague de vague à l’âme m’a envahi. Je me souviens avec beaucoup de nostalgie de celle que Doudou m’avait organisée, il y a maintenant quelques années.

Il avait rempli mon bureau de ballons en forme de cœurs et quelques cadeaux m’attendaient, notamment une carte avec une proposition de week-end en amoureux avec Beethoven, notre nounours à quatre pattes. Avec le recul, le meilleur moment de notre histoire.

G. me demandait il y a quelques mois si je regrettais notre couple. J’avais botté en touche, mais je peux bien vous avouer que Doudou me manque terriblement. Il a mis un coup de canif à notre contrat et je n’ai pas eu le choix de le laisser quitter ma ruche. Avec le recul, je pense que s’il n’avait pas fauté, je serais toujours avec lui.

Même si j’ai encore des sentiments pour lui, je ne me vois pas recoller les morceaux, car il a vraiment merdé, et il le sait bien. En plus, ma grand-mère m’a souvent dit que l’amour c’est comme un œuf, quand il casse il est difficile de recoller les morceaux. Certes, nous sommes restés très proches, je me confie toujours à lui. Lors de nos appels quasi hebdomadaires et de nos échanges quotidiens, il ne cesse de regretter, mais il possède maintenant une famille. Comme vous le savez si bien, je ne fais jamais rien que je ne voudrais pas qu’on me fasse et je refuse de briser de famille.

Je suis surement une idiote, car il n’est pas heureux en ménage et qu’il me manque. Mais, je n’ai pas envie de m’attirer les foudres de la mère de son fils, qui a besoin de ces deux parents. Avec le temps et mon retour à Atlantic City, on verra bien ce qui se passera… mais il faudra qu’il regagne ma confiance et ce n’est pas gagné…

Affaire à suivre…

xoxo

La Puce

Previous post
Next post
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *